Les mots de sa propre mère sont terribles et insoutenables. Elle a dit en susbstance "ce qui s'est passé les dernières minutes qui ont précédé la mort de Fiona nous appartiennent à moi et à elle". 

Je n'ai pas de mot pour décrire cette mère qui a participé de beaucoup dans l'enfer subi par sa propre fille. Elle est la complice avérée du maltraitement. Elle a été témoin des sévices de son compagnon, elle n'a pas bougé face aux coups, elle y aurait même participé, elle a volontairement soumise da propre fille à un tourment moral et physique incessants. 

Je n'ose même pas imaginer ces scènes sur une enfant de 4 ans ! Je n'ose même pas imaginer que cette petite fille se réveille et se couche en n'ayant personne pour la protéger. Je n'ose pas imaginer son état moral entre les affres d'un abandon d'une mère et la terreur des coups. 

Et ma révolte et ma colère décuplent en pesnant à cette mère en pleurs devant les caméras alors qu'elle sait pertinemment ce qui est arrivé, qu'elle sait pertinemment où se trouve le corps sans vie de sa propre fille !

Quand le tribunal l'a condamnée à 5 ans de prison, je n'avais pas de mots assez durs pour parler de ma révolte. Les 20 ans prononcées par la Cour d'assises me semblent plus justes, même s'ils ne seront jamais assez face à ce que la petite Fiona a dû endurer ! La justice ne sera jamais faite car combien d'années valent la vie d'une petite fille innocente qui n'avait pas demandé à souffrir autant à cause de sa propre mère ?

Cette enième histoire malheureuse met une fois encore sur le tapis sur le rôle que tout un chacun - l'école, les voisins, la famille, etc - a à jouer pour mieux protéger les enfants. Il est difficile de croire qu'aucun voisin n'a entendu les cris, que l'école n'ait rien remarqué, etc. 

Qu'en pensez-vous ?