Je ne suis pas de celles qui tirent sur tout ce qui bouge au nom d'un soi-disant féminisme. Je ne suis pas non plus de celles qui manifestent dans la rue. Tout est question de conviction et de méthode. Pour moi, la révolution se fera par l'éducation. La société apporte ce qu'elle peut, et les mouvements #metoo et #balancetonporc en sont la preuve, même s'ils sont perfectibles. 

Je suis pour la parité homme/femme dans les institutions et les entreprises car il faut pour le moment passer par là pour faire bouger les lignes. 

Je suis contre les campagnes de dénigrement contre les hommes car là n'est pas le sujet.

Je suis pour le partage des tâches dans le ménage et je pense que cette action est portée, pour l'instant, par les femmes. Il s'agit d'inciter nos hommes à nous aider, à les amener à faire certaines tâches de façon automatique. Au départ, çà m'énervait mais finalement j'entends quand mon mari me dit qu'il attend de moi que je lui dise ce qu'il faut qu'il fasse pour m'aider. S'il faut passer par là, passons par là ! 

Je suis contre toute vélleité à gommer des siècles et des siècles de croyances sur ce que sont les hommes et ce que sont les femmes. Nos différences sont réelles mais il s'agit de les accomoder pour revoir les fonctionnements hommes/femmes. 

Je suis pour les décisions qui visent à rendre les jouets neutres en jouant sur les couleurs car c'est une part essentielle dans la conception hommes/femmes de nos enfants.

Je suis contre cette idée de mettre le bazar dans le vocabulaire : dire Madame le Président ou Madame le Maire ne me gêne pas. 

Je suis pour une loi interdisant d'utiliser des femmes dans des positions lascives et en petite tenue dans les publicités, les salons de l'automobile, les foires et les év-nements publics. Je suis pour sanctionner toute communication mettant en scène des paroles ou des images trop discrimanatoires. 

Je suis contre toute action visant à mettre les hommes et les femmes en conflit car çà ne sert à rien ! 

L'évolution doit se faire mais elle est de longue haleine. Les victoires de nos aînées risquant même des fois d'être remises en cause, je pense essentiellement au droit à l'avortement. Je suis convaincue que tout se fait par l'éducation. Nos enfants sont les adultes et les meneurs de demain, si nous loupns cette chance de leur transmettre le principe d'une égalité homme/femme, nous aurions raté une étape importante dans leur éducation.

C'est ce que je pense, et vous, qu'en pensez-vous ?